Peintures et dessins de Fleur d'Aboville

Mon travail

Fleur d'Aboville
La rencontre des chairs et la défragmentation dont elle est l'origine m'intéresse et je creuse.

Paysages intérieurs, boulimie de corps, prête-moi ta chair.

 

Cette série commencée il y a douze ans alors que j'attendais mon premier enfant au monténégro, est une expérimentation de la perception de mon propre corps et de sa transgression à travers la rencontre.

 

Comment ne pas percevoir les limites de mon propre corps comme un obstacle à toute communication? En le mélangeant. En le fragmentant.

 

L'enfantement est très présent car il est toujours perçu comme un dépassement du corps, au même titre que sa rencontre avec d'autres. Ce corps en perpetuel mouvement, fait fi à la solitude et se mélange à l'infini, il se décline et se multiplie.

 

Peu importe s'il se déforme, il ne reste plus seul, il est infini.